dimanche 29 janvier 2012

NU

Voici le condensé de mes derniers ateliers de dessin. Je n'avais pas intimement sketché les lignes d'un inconnu tout nu depuis le début de mon bac. Trois heures de classe me fait l'effet d'un gros massage en profondeur. Le silence donne la scène aux fusains, crayons, pinceaux et stylos qui jouent du papier en une fanfare muette de griffonage. Cette symphonie sur papier a le même impact thérapeutique que d'écouter de l'eau tomber d'une gouttière. Ou un cd double de Mozart. 



En plus, l'impact anatomique sur mon dessin s'en voit bonifié. Les coudes de mes personnages sont plus beaux que jamais.

1 commentaire:

  1. C'est beau :) Aux atelirs de l'école les lundis soirs, ça ?

    RépondreSupprimer